IMG_6073

DAY 10- Berlin – Day Off.

Traduction : Jour de congé.

Le day off de deux choses l’une : soit tu l’attends, soit tu le subis ;

Dans notre cas, au final, on le remercie.

On se réveille chacun dans nos appartements respectifs et on se rejoint au pied de l’ancienne bâtisse de la stasi. La première urgence c’est la faim. Tout le monde s’est couché sur une envie de manger sans trouver son bonheur. À table, une fois les premières bouchées avalées, le premier sujet c’est Jay Robbins. Il est en vol à l’heure ou on parle ; nous on se compte régulièrement en pensant qu’il nous manque quelqu’un.

La dernière note laissée à notre attention par Jay c’est : « vous devriez aller visiter le cimetière de l’armée rouge à Berlin, je suis bien arrivé à Paris, Burn the Fire ». Aucune idée de ce à quoi sa ressemble mais ouais on va faire ça, ça sonne bien.

Put***. Faut faire abstraction de l’histoire et du jugement que l’on peut lui porter mais pour rendre hommage aux 70 000 victimes de 15 jours de combat dans Berlin, l’armée rouge a érigé une statue de 15 mètres de haut représentant un soldat soviétique portant un enfant et un glaive juché sur une croix gammée détruite. En face de ce monument, avec une telle architecture, on reste littéralement bouche bée.

Il y a dans ce parc une certaine idée de la grandeur et de la mise en scène.

On reste encore quelques minutes devant l’installation avant de reprendre la route direction le magasin de vêtement « Humana ». Un shop de vêtement seconde main sur 4 étage ou l’on peut trouver toute sortes de fripes. Une veste plus tard on saute dans un tramway et on se stoppe devant un vrai photomaton argentique d’époque. Résultat ci-joint.

Ce soir on dort chez un ami du label, Martin Fisher. En bas de chez lui il y a un petit restaurant et un bar « le Syndikat ». Ca fera très bien l’affaire pour nous. On commande 2 tournées de bières et c’est parti.

On cause beaucoup un soir de Day Off et au final on le remercie ce jour de congé d’être arrivé là. On parle de Jay, on se dit que c’était incroyable, on fait des plans, on reprend une bière, on mange une wurst, on goute un burger, on discute rythme de batterie, rythme de vie, on reprend une bière, on goute un rhum et le jour de congé devient un jour de sortie.

Le reste de nos discussions n’a pas sa place dans un report sauf à le dire en Allemand.

Le plus important dans un Day Off, c’est la nuit.

IMG_9620 IMG_9622

 

IMG_6071 FullSizeRender

IMG_6073 IMG_9666

IMG_9662 IMG_9660 IMG_6100

IMG_6110

 

——-

A Day Off : you either wait for it or you curse it.

In our case, we finally thank it

We open our eyes in our flats and we meet again in front of the Stasi building Stephane, Cam and Germain slept in. The first emergency is hunger. Everyone fell asleep hungry. Once we’ve started eating something first subject around the table is Jay. Where is he ? He is going well ? Fuck, we’ll miss him. It’s like realising he was there now that he is gone.

The last thing he mentioned in a text was : « You should check the Red Army cemetery in Berlin, I’ve landed in Paris, Burn The Fire ! ». (Burn the Fire is the newest Daria slogan)

Holy shit. Some architects knew about what grandeur means. Dedicated to the 70 000 victims of the last 15 days of fights in Berlin 1945, the statue is a 15 meter-soldier carrying a sword and child after having destroyed the Nazi’s cross. Awesome and impressive architecture!

We then head to Humana a second hand clothes store where we get out with only one blue jacket. On our way back we stop in a real Photomaton. The result is attached.

Tonight we sleep at Martin’s, a good friend of Fred of Arctic Rodeo. In his street, there is a small restaurant and a bar, that’ll do. We order 2 rounds of beer and we’re on.

During the evening of a day off, we talk a lot and finally we thank that day. We talk about Jay, we tell ourselves how incredible it was, we make plans, we take another beer, we eat a wurst, we taste a burger, we take another beer, we discuss rhythm and drums, life, we take another beer and we taste a rum, so we can call it a good moment.

The rest of our discussions wouldn’t be appropriate in that report, except in German.

The most important in a Day off is the night.

 

 

Night off.

Es ist nie leicht, jemanden Eingabe deiner Band zu machen, und das war, was wir in dieser Tour zu tun wollten. Nachdem Jay auf der Bühne war neu und ein bisschen eine Herausforderung, aber mehr als dass wir brauchten richtig Charlie unserem neuen Schlagzeuger zu erfüllen. Die Diskussion begann auf dem «Wie können wir es geschehen lassen» und uns zu einem führen «ist diese Band die Mühe wert? »Und Fick ja! Wenn du in der Mitte der Nacht sind, siehst du dich so großartig wie die Statue von Kommunisten war am Kreuz des Nazi über Fuß. Eine Band ist etwa, dass manchmal: heimlich sehr stolz auf das, was getan wurde und warum wir haben es geschafft. Diese Idee führen unsere Diskussion auf die «was kommt als nächstes? »Von einer eindrucksvollen Reihe von Profis verrückten Freunde unterstützt Punkt: jetzt Jaf unsere Lichtdesigner , Stéphane unser Sounddesigner und Paul, der Manager der Band für mehrere Jahre. Wir sind ein Team. Team, das durch die so genannte Charles Henri Cailleaud von Limoges, Fr. gerade beigetreten ist Wie ? Mit Magie, wie üblich.

 

 

0 280