img_2455-1.jpg

Spring Shows- Day 1- Toulouse@Le Cri de la Mouette

Spring Shows- Day 1- Toulouse @le cri de la mouette. 24/03/17.English Below.

9.30 nous arrivons au local pour charger la charette et puis prendre la route du Sud. Après une semaine de mauvais temps sur Angers, nous constatons avec joie que le soleil nous accompagne ce matin, et ça ne devrait aller qu’en s’améliorant encore, on descend sur Toulouse quand même!
Après un chargement rapide, mission Leroy Merlin pour acheter une grande malle pour y disposer (bien que le verbe soit trop précieux, « balancer négligemment » semblant presque plus approprié) le merch et c’est parti pour quelques heures d’asphalte. 
Prochain arrêt sur une aire d’autoroute un peu après Bordeaux où nous récupérons Charly qui jouait la veille avec son autre groupe « Tomorrow is the morrow », claquons la bise à notre pote Feulip (bassiste/chanteur de Tomorrow is the morrow donc) chargons la batterie de Charly et roulez jeunesse!
Nous arrivons vers 16h45 sur Toulouse, accueillis par des trombes d’eau qui rythmeront sans discontinuer notre soirée et nuit. On gueule un peu contre la flotte et le froid Toulousain (sans déconner!) le temps que les personnes de « Progrès Son » arrivent. Ce soir on joue sur une péniche, dans le cadre du chouette festival « La Semaine du Rock » que l’asso organise sur 7 jours partout dans Toulouse. On salue tout le monde, c’est cool, puis descendons découvrir l’endroit: péniche sympa avec une légère tendance boîte de nuit pas forcément pour nous rassurer, mais surtout une scène miniscule et mal agancée qui pour le coup, ne nous rassure pas du tout. Qu’à cela ne tienne, on se met en branle et déchargeons le matos. Lorsqu’il s’agit de s’installer sur la scène, le constat est sans appel: daria ne rentre pas, les amplis sont trop gros pour que l’on se dispose comme à notre habitude. Brainstorming de quelques minutes qui se solde par un magnifique sacrifice de Germain qui ira reléguer son ampli tout au fond sous un escalier en dessous duquel Charly doit aussi se caler. 
Malgré le relatif inconfort sur scène, les balances se passent très bien et ça ne sonne pas mal sur scène. On laisse la place aux 2 autres groupes pour leurs balances et on bouine jusqu’au délicieux repas concocté par l’asso, superbe! 21.30 les concerts commencent, il y a du monde, voire beaucoup de monde et la température monte clairement. Vers 23.30 on déboule sur scène, le set se passe très bien et on déroule devant du monde, ça chante même les paroles de-ci de-là, c’est cool! Une petite heure et quelques litres de sueurs plus tard, on plie vite fait pendant qu’Etienne tient le merch, les retours sont bons et c’était semble-t-il le premier concert de daria pour pas mal de personnes qui nous suivaient depuis un petit bout de temps; bref il y a des sourires… malgré le temps toujours plus humide!
Chargement sportif (dans le petit espace bondé+ temps dékeulasse+ camion loin) et petit verre de l’amitié plus tard, on se met en route pour le dodo; ce soir Fanch nous accueille chez lui pour la nuit. Merci Toulouse, c’était vraiment chouette!

Crédits: Delphine Gabet


———————-
This morning, meeting is at 9.30 to load the van before hitting the road to the South of France. After a week of bad weather in Angers, we all notice the morning sunshine… and it’s only the beginning of a sunny -and hopefully hot day- we think, hey, we’re playing Toulouse tonight after all!
Once the van’s loaded, we go on a quick mission to buy a merch box in a hardware store and hit the road. Our next stop is a motorway rest area under Bordeaux where we pick up Charly who was playing with his other band (Tomorrow is the morrow) yesterday. We say hi to Philippe (bassist/singer of Tomorrow Is The Morrow), load Charly’s drums and here we go!
We reach Toulouse around 16.45 and it’s pissing rain! Enough time to park the van, grumble about the shit weather in a city where it’s always meant to be sunny and the people of « Progrès Son » -the promoters- come and say hi. Tonight we’re playing in a boat and the show is part of a 7-day festival taking place all around Toulouse called « La Semaine DuRock ». We say hello and discover the venue, a nice boat that looks more like a nightclub than a rock venue-not neessarily a nice impression to start with, but troubles start when we see the « stage », a super small space under an emergency exit staircase, yiha, let’s the tetris begin! We unlaod the van and try to set up on stage, quick verdict : daria won’t fit in there. After a useless brainstoming, Germain sacrifies himself putting his amp under the staircase where Charly will also have to set up.
Despite the relative discomfort on stage, the soundcheck goes ok and it doesn’t sound half as bad as the stage disposition looks like. Time for the two other bands to soundcheck, we wander around -but not outside, it’s still pissing rain- for a while and gather around a lovely and delicious diner. Awesome. 
The show starts around 21.30, there is a lot of people and temperature is rising… We hit the stage by 23.30 and it feels good. We’re happy to be here, we play well and it seems the audience enjoys it as well,we even spot some faces singing along with us, cool! An hour and a few liters of sweat later, we’re done, Etienne is at the merch table while the rest of us struggles to pack the gear and fights our way out to the van… ah the pleasures of overcrowded small venues.We hear very nice words from people about the show, some of them have been long-time followers but never had a chance to see us live, that’s really cool and people are happy and smiley. 
Once we’re done loading the van, we hang around for a while, have a last drink and head for Fanch’s flat where we’ll be sleeping tonight. Thanks Toulouse, we had a great time.

capture-decran-2016-11-01-a-17-23-29

US Tour Day 11

US Tour Day 11 @ Journée sur la route entre Gainesville- FL et Newark Airport- NY

(ENGLISH BELOW)

On en a gros. Dans un camion pendant 22h, ça donne ça.

En Floride, on a vu des putains de reptiles qui branlent rien de la journée, qui pataugent dans la merde et qui devraient bouffer les gros qui viennent les voir.

Ensuite on a roulé comme des sales connards pendant un temps infini et Matt Redenbo nous a sauvé la vie.

C’est tout bordel ! Nous l’avons fait!

 

fullsizerender-2 img_6766 img_8917 img_8903 img_8901fullsizerender-3 img_8866-2 img_8867-2 img_8866

img_8883 img_8921 img_8965

img_8969-1 img_8976 img_3058 capture-decran-2016-11-01-a-17-23-29

 

US Tour Day 11 @ A day between Gainesville- FL et Newark Airport- NY

Being in V9 for 22 straight hours = a short version of our report.

In the morning in Florida, we went to see some alligators. These guys are lazy, stinky and dumb. Lazy because they don’t do anything except sitting there in the mud and dumb because every visitor coming should be their meals…

Then, we drove like assholes for an endless time. Matt Redenbo just saved our French asses driving V9 back to Baltimore after dropping us at the airport.

That’s all folks ! We did it!

fullsizerender-6

US Tour Day 10

US Tour Day 10 @The Fest, Gainesville, FL

(ENGLISH BELOW)

Après 6 heures de route depuis Atlanta, nous sommes très heureux d’arriver en Floride à Gainesville. C’est là que va se terminer notre aventure musicale avec J. Robbins et notre tournée. Il est 13h environ quand on descend du camion et tout est là : le soleil, les palmiers, les shorts.

Dans la rue on reconnait immédiatement le public du Fest : tatouages, look, piercings, gueules de bois et cernes prononcées.

On se gare devant la salle dans laquelle on joue, Le Loosey’s. On joue à 16h10. La salle est cool, c’est un bar de Gainesville transformé en salle de concert pour l’occasion avec une scène. La bonne nouvelle c’est que Jay fera ce dernier concert avec nous, bien que nous n’allons pas jouer de morceaux de Jawbox. Il rejoindra ensuite Pete Moffett, Brooks Harlan et Devin Ocampo pour jouer sous son nom, dans la plus grande salle du Fest.

On a de la prépa : ne pouvant pas utiliser notre propre backline, on s’emploie à démonter les lights des amplis pour recréer notre light show. On veut faire le même concert que celui que l’on a fait toute la semaine. Le ‘stage manager’ -la personne qui est responsable de la scène- n’est pas super ravi de notre idée, les timings sont très serrés, ils travaillent très dur pour qu’il n’y ait pas de retard. Là-dessus, c’est Jaf qui met tout le monde d’accord, opération commando activée. Pendant ce temps d’autres changent leur cordes, boivent quelques cafés et surtout retrouvent Laurent -guitariste des Wank For Peace- et Morgane pour un récit de leurs 9 derniers mois autour du monde et dont la route croise la nôtre aujourd’hui en Floride.

Il est 15h50 quand on prend possession de la scène pour un rapide linecheck. On fait vite et on joue notre premier accord à l’heure, 16h10 Daria est sur scène pour le dernier concert de la tournée. Tout le monde est dans un même état d’esprit: jouer ensemble. Une sorte d’accord tacite entre nous 5. C’est le ciment d’un groupe et ça n’a pas de prix à nos yeux.

Il semble que l’audience ait apprécié notre concert. Pour nous ce sont 30 minutes qui paraissent 30 secondes. On termine avec une très bonne version de Empirical Dismay à la fin de laquelle le bassiste de War On Women viendra nous accompagner pour les choeurs.

On est trempé de sueur mais content de ce dernier concert. Paul vend quelques articles au stand de merch et pendant ce temps, on recharge le van.

Dehors, on fait la connaissance de Lane qui sera notre hôte pour ce soir. Elle saute avec nous dans le camion et on découvre une maison typique du sud, immense et avec un petit parking idéal pour notre camion. La maison est très clairement à 3 minutes du centre de Gainesville, idéal pour nos aller-retours. On laisse nos sacs et nos guitares dans la maison et voilà les musiciens qui jouent avec Jay qui nous rejoignent. Ils préparent leur concert, révisent quelques parties.

Toute la bande se dirige maintenant vers The Wooly’s, une salle des fêtes transformée en salle de concert pour le Fest. L’arrivée de Jay ne passe pas inaperçue. Après quelques groupes de hardcore, c’est l’heure du concert. Pour nous c’est quelque chose de voir Jay jouer les mêmes morceaux que nous sur la tournée. Jay et les 3 autres musiciens survolent le concert, c’est très impressionnant. Le public est extatique quand ils entendent les notes du dernier morceau, Savory. Fin du concert, Paul garde le stand de merch et vend un bon nombre de tee-shirts encore, le reste d’entre nous boit quelques bières et du vin. Parmi les nombreuses discussions de la soirée, une nous marque en particulier. Le batteur de Hot Water Music qui adresse à Cam son admiration pour Jay et l’influence qu’il a eu. « Jawbox changed my life. For me, in DC, Ian is the Queen, J.’s the king ». Au Fest comme tout au long de la semaine, on a pu mesurer à quel point l’influence de Jay et de Jawbox est encore présente. Nous nous savons chanceux d’avoir partagé 10 jours avec lui.

Le reste de la nuit est un patchwork de bières, de rires, quelques clopes, pas mal d’émotions le tout teinté de la satisfaction d’être allé au bout de cette tournée.

Merci Gainesville. Merci Jay Robbins, Janet, Callum.

img_8666 img_8667 img_8668

eels0925 img_2932 img_2933

img_8669 img_8682 img_8691

img_8695 img_2938 fullsizerender-10

fullsizerender-3 fullsizerender-6 fullsizerender-5 fullsizerender-4 fullsizerender-7 fullsizerender fullsizerender-23 fullsizerender-22 fullsizerender-18 fullsizerender-17 fullsizerender-16 img_8733 img_8732 img_8710 img_8707

img_8751 img_8747 img_8745

img_8704 img_8786 img_8796

img_8810 img_8785 img_8782 img_8822 img_2986

 

 

US Tour Day 10 @The Fest, Gainesville, FL

After our early and quite long ride from Atlanta, we are very glad to reach the Sunshine State of Florida and the lovely city of Gainesville where our musical adventure with J.Robbins will come to an end. We’re in town about 13.00 and the weather is incredible, blue sky, scorching sun and very hot temperatures. Just by looking at the people walking down the streets, we have two options: we’re either at at a tattoo convention or at The Fest; and the Fest it is.

We park the van in front of Loosey’s where we’ll be playing at 16.10. The venue is a cool bar with a nice stage. We’re very happy because J. will be playing with us on stage before heading down to The Wooly’s where he’ll be performing as J.Robbins with his all-star American band comprising Pete Moffett, Brooks Harlan and Devin Ocampo.

We start preparing our equipment outside of the venue because since we’re using the Fest’s backline, we have to install our led strips on the cabs provided and be very kind to our stage manager, John, who trusted the Frenchmen with their crazy ideas. We have time to take a coffee outside and hang out with Laurent -our good friend from Angers and Wank For Peace- and Morgane who have been travelling Americas for the past 9 months or so.

15.50- We have 20 minutes to set up and line check on stage. We start on time and rock as hard as we can. This is the last show of this tour with J.Robbins, and everybody seems to be determined to make every chord, every hit count and matter. It definitely feels like a tacit agreement between the 5 of us on stage; definitely feels like a band, and this is priceless. People seem to enjoy the show, we recognize some French faces in the audience and of course, our 30-minute set flies. We finish with a very heavy version of Empirical Dismay and Brooks -from War On Women- comes up onstage to sing some backing vocals. We’re all sweat when we go offstage, Paul sells a few records and t-shirts while the rest of us load the van and prepare the equipment J. and his band will need a few hours later for their show.

We meet Lane, our host for the night and she climbs with us in V9 to take us to her place. The house is a typical southern house, full of character, and is literally 3-minutes away from downtown, she shares it with 3 other guys who are out of town tonight. We leave our bags and guitars in the house and Devin and Pete -who play with J.- meet us to get their stuff and head down to the venue. The French team walks to the Wooly’s. A few hardcore bands later, J, Brooks, Pete and Devin climb onstage and deliver an awesome performance. At the end of the show, Paul is sitting at the merch table and sells a good amount of t-shirts and vinyles, the rest of us is having beers and we chat with people around. One to remember could a very friendly conversation with Hot Water Music’s drummer about the influence of J.Robbins, Jawbox and drummers: «Jawbox changed my life. For me, in DC, Ian is the Queen, J.’s the king »… Needless to say that the influence of J.Robbins and Jawbox on so many musicians and on the indie rock scene is still very strong and palpable; and we’ve just shared 10 incredible days with him on American roads…we are a bunch of lucky French guys indeed.

The rest of night is full of beers, hugs, chit-chat, plans, laughters, cigarettes, emotion, love…

Thank you Gainesville, you’ve been very kind to us. Thank you James Robbins for this incredible tour. Thank you Janet, Callum, Zach for your incredible support and patience. Thank you to all the incredible bands we got to share the stage with.

 

 

img_2830

US Tour Day 9

US Tour Day 9 @529- Atlanta

(ENGLISH BELOW)

Aujourd’hui le report s’écrit dans le van, il est 06h57, c’est le jour du seigneur et on est tous dans le van en route vers le dernier concert de cette tournée.

Hier, on savait que la route serait longue mais ça ne nous a pas empêché de nous en étonner tous les 100 miles. Ok. On a fait un détour d’une heure pour voir la côte et la mer qui va avec. À 5000 kilomètres de chez nous nous voilà en connection hydro-spatiale immédiate avec La Tranche Sur Mer. La plage ressemble à une plage mais pour certains le bain ressemble à un bon bain de mer en caleçon aussitôt défroqué, aussitôt baqué. On a même eu la chance de voir un dauphin. Tout du moins son aileron. Un peu comme le loup dont on ne voit que la queue.

Comme il ne manquait plus que ça à l’éventail des saloperies qui jonchent le sol du camion, on ramène du sable et on démarre notre périple. C’est Charly qui prend le volant. Toute la semaine ça aura été un peu son rôle de chauffeur batteur, ou batteur chauffeur, les deux étant aussi bien mené à chaque fois. Il s’enquille 3 bonnes heures avant que l’on fasse la pause bouffe. La bouffe sur la route, c’est l’abnégation. 1 fois sur 2, la nana au comptoir ne veut pas articuler, 4 fois sur 4 c’est de la friture et dès fois c’est juste du pain avec de la friture. Qu’à cela ne tienne, on a faim.

Il est 19h quand on arrive à Atlanta. Ici c’est Halloween en avance. « Sacrilèges », selon Jay. Les rues sont remplies d’enfants déguisés en batman, spiderman, loup-garou avec des sacs de bonbons à la main et des parents eux aussi maquillés plus ou moins élégamment. Souvent moins d’ailleurs. Parmi les situations d’Halloween les plus effrayantes on retient : un enfant déguisé en burqa et une Catwoman haltérophile.

Le club est petit mais bien foutu, on s’installe dans la complication des larsens et du son qui tourne sur scène mais à 21h30 tout est prêt quand Jay commence. Encore un super concert de James Robbins. Encore plus énervé qu’à l’habitude mais c’est une forme de colère qui lui va bien. À notre tour. On commence toujours par Past Simple et malgré les problèmes de son, on se concentre pour rentrer dans le concert. On joue 3 morceaux de Jawbox, super version de Mirrorful ce soir, un des mecs devant la scène devient dingue. On termine par Empirical Dismay, lourd, fort. On est en nage devant 40 personnes aux anges. C’était pas gagné quand on est arrivé, ni l’accueil, ni l’affluence dans le bar ne laissait à penser que ça se passerait comme ça. Mais tous les jours on fait la même chose, on applique la même recette avec la même intensité : on se concentre et on essaye de faire notre meilleur concert. Et parce qu’on fait ça, il y a un avant et un après concert.

Il reste 3 heures pour Gainesville. Certains auront vu le soleil se lever, d’autres ont écrasé, d’autres ont mangé des scones aux fruits rouges. Un report ce sera toujours des raccourcis, des zoom, des virgules, des points de suspension sinon ce serait trop long. Mais chacun de nos reports nous fait mesurer que ce qu’on vit est hors-normes.

Putain. On a joué à Atlanta.

img_8533 img_8535-2 img_8548 img_8563 img_8562 img_8558 img_8556 img_8555 img_8554 img_8552 img_8549 img_8576

img_8566 img_8573 img_8614 img_8582 img_8588 img_8587 img_8586 img_8585 img_8593 img_8637

img_8603 img_8608 img_2823

fullsizerender-7 fullsizerender10 fullsizerender-30 fullsizerender-22 fullsizerender-21 fullsizerender-20 fullsizerender-18 fullsizerender-17 fullsizerender-15 img_2826 img_2839 img_2838 img_2832 img_2831 img_2830 img_8626

 

US Tour Day 8 @529 venue- Atlanta

Today’s report is written from the van. It’s Sunday, 6.57 and we’re driving to our last show of the tour.

Yesterday morning, a smell and a sensation woke us up around 10. A smell of tide and a sensation of humidity we are not very used to. It’s already very warm in Charleston when everyone is washed and coffee’d.

Around noon, we are ready, the van is full of bodies, bags and amps. Our hosts become our guides to the beach for a last ride together. 30 minutes later, we arrive in a nice wealthy neighborhood surrounded by swamps that leads to the beach. Looks like our French Atlantic coast! Cam, Germain and Charly enjoy a quick bath while the rest of the crew puts their feet in the water. We even get to see a dolphin’s fin! A short beach session it was and now it’s time for good byes, we thank Hunter, Rebecca and Ryan for their hospitality and generosity and we head for Atlanta in a very hot weather. Windows are rolled down to dry our wet underpants in the wind. Charly drives a good 3 hours and then we take a quick lunch break.Eating on American roads is challenging, you have to be capable of abnegation to somehow bear this junk… whatever, we were hungry.

It’s 19.00, we finally arrive in Atlanta. People here are celebrating Halloween already. People’s costumes are quite funny, from Batman to spiderman, from a werewolf to horror movies’ heroes…People seem to have fun at least!

The club is small and cool, we set up and soundcheck struggling with some feedbacks from r’n’r heaven, but when J. starts his set, we’re all good. Tonight was a very good show for him, with maybe a tad bit more anger or attitude, just great! Tonight’s show starts with Past/Simple and despite some sound issues, we rock through the set. We play 3 Jawbox songs, one of the guy in the audience turns mental at the end of Mirrorful; at times it’s crazy to realize that we actually play Jawbox songs with J. … We end the show with Empirical Dismay, heavy and loud. We’re all sweaty when we ht the last chord in front of 40 happy people. Not sure it was so easy to anticipate when we arrived, but we’re trying hard to make it happen everyday; we apply the same methods with the same intensity, wholeheartedly. We focus, we remind ourselves why we’re here and how lucky we’re to be and just try to give the best performance every night. We believe that because of that, whatever the beginning of the story, it’ll always end with a happy conclusion.

We’re about 3 hours away from Gainesville, some of us are watching the sunrise, the others are already back to sleep. Reports are always full of compromises, punctuation, memories and zooms, if the weren’t, it would just be too long and exhausting. Nonetheless, reports are the best reminders that what we live is incredible. Hell yeah, we played Atlanta, GA.

 

 

 

img_2788

US Tour Day 8

US Tour Day 8 @Tin Roof- Charleston

Le réveil dans le motel se fait tranquillement entre les 2 chambres… Il y a une certaine constance

puisque hier soir ce lieu nous est apparu comme très très glauque et ce matin pareil. Nous en avons rêvé, l’Amérique nous l’offre… Du pancake à foison à 15 minutes du motel. On arrive dans une zone commerciale digne de DisneyLand et la tablée des franchies s’assoit pour commander. Omelette, lard, pancakes, sirop d’érable, gaufre aux fraises, café, thé. C’est massif, c’est bon, c’est pas cher, bref c’est top !

Nous voilà repus, et nous prenons la route direction Charleston. C’est 3h de route sous un ciel bleu et une belle température. Ca file la banane à tout le monde.

Notre arrivée à Charleston commence dans un quartier résidentiel. En effet, nous débarquons chez Ryan, sa femme et son fils pour nous offrir l’hospitalité. Ryan jouait dans un groupe indie appelé Edison et Jay a bossé avec eux il y a quelques temps… Il est 17h, on se pose dans le jardin, on prend une bière et on se fait attaquer par des moustiques gros comme des mouches. Ces cons sont capables de piquer à travers les fringues, c’est horrible. Le problème semble majeur ici à Charleston, ville balnéaire avec beaucoup de marais, puisque toutes les 3 semaines la municipalité s’amuse à balancer depuis des Canadairs du produit anti-moustique sur toute la ville… Ca respire la santé et le bon air frais. Il est 18h et la famille nous prépare un super repas à base de riz, légumes et viandes cuites sur le bbq ! Délicieux. Vers 19h, on trace au club dans lequel nous jouons ce soir. A Tin Roof, on retrouve les Throttlerod (Richmond) et nous rencontrons également les Pauses (Orlando). Tous ces gens sont adorables et de super musiciens !

Ca avance lentement, c’est linecheck pour tout le monde ! Et à 21h c’est Jay qui ouvre la soirée. Super concert avec dans le public des gens qui ne sont pas du public… Y’a 2 classes dans le club : ceux qui sont là pour le concert et ceux qui sont là pour boire un coup. Et Jay s’autorise à chambrer avec ironie cette deuxième classe. Suit The Pauses qui propose un set super cool basé sur une musique indie pop/rock bien fichue. Ils viennent d’enregistrer avec Jay dans son studio. Pas folle la guêpe ! On s’installe ensuite en 7 minutes chrono et on démarre dans la foulée. Set intense et énergique. On est content à la fin. A la fin, nos amis de Richmond investissent la scène pour délivrer leur musique intense entre Helmet et Unsane. Super cool comme hier soir, peut-être même mieux !

Il est 1h30, on finit de vendre quelques t-shirts, on plie le matériel, on charge, on fait quelques photos pour une belle brochette de musiciens et on rentre chez Ryan pour un dodo mérité. Certains traînent encore un peu avec notre hôte qui leur fait découvrir sa weed et comment l’on consomme à Charleston !

Bonne nuit Charleston, attention aux moustiques ! Demain Atlanta.

img_8450 img_8451 img_8452

img_8461 img_8462 img_2739

img_8475 img_2746 img_2788

 

img_8485 img_2777 img_2776 img_2774 img_2771 img_2770 img_2768 img_2766 img_2764

img_8498 img_8505 img_8512

 

US Tour Day 7 @Tin Roof- Charleston

We wake up quietly in that cheap motel, no night effect here, the place also appears as a shithole in the morning light as well. Decision is then made to head town for a nice breakfast at The Original Pancake house. Omelette, bacon, pancakes, mapple syrup, coffee, tea, a real American experience that is for the Froggies. We’re full when we hit the road to Charleston, the sky is blue and the sun’s shining, everybody’s in a great mood!

We arrive in Charleston and head down straight to our host for the night. Ryan, Rebecca and Hunter are kind enough to offer the whole bunch of us a nice roof for the night and a delicious dinner. Ryan used to play in a indie rock band called Edison and recorded with J. back in the day. It’s 5.00 pm, we’re all sitting outside in the garden, enjoying a fresh beer and the sun, but mosquitos -more the size of wasps, really, at least to our French standards- decide to attack us, they are so big they bite through shirts and pants, yes! We talk about this, Charleston is mostly a swamp, so mosquitos are everywhere, Ryan tells us that the city has a policy of aerial mosquito spraying every 3 weeks… Healthy, for sure!

18.00 is dinner time, rice, vegetables and lovely bbq, it’s awesome, thanks again! 19.00, we reach the Tin Roof, tonight’s venue. We’re greeted by Throttlerod with with we played last night and The Pauses, super cool band J. produced. The audience is quite limited tonight and mostly divided in 2: the ones here for music, and the others who are just here for a beer or 12… J. starts the show, then the Pauses are on,  they deliver a very cool set of witty indie pop rock with clever loops and heavy drumming. We’re on next, we set up in 10 minutes, soundcheck included, we play an energetic and tight set. We’re happy, and then Throttlerod rock the place very hard, they’re as loud as they’re nice. Their set is great, probably better than yesterday!

1.30, we sell our last t-shirts, we pack our stuff and load the van, a few photos with the whole team of bands and we head back to Ryan’s for the night. Some of us have a last drink and fag, with our host, the others are already asleep, goodnight Charleston!!

fullsizerender-2-copie

US Tour Day 7

US Tour Day 7@Milestones- Charlotte

(ENGLISH BELOW)

On se lève vers 8h chez Jay, Callum et Janet pour la dernière fois… Des énormes bagels nous attendent ! On prend le petit déjeuner en coupé/décalé entre manger et doucher. Cela nous laisse le temps de discuter avec Tony et son mari qui gardaient Callum hier soir. Vers 10h, les hommes sont propres et rassasiés, V9 chargé avec nos sacs. C’est parti pour 7/8h de route vers Charlotte, NC ! On s’arrête après 3h de route pour notre premier Burger King! Ca pue, ca colle, c’est sucré mais disons que ça a fait le boulot!

On reprend la route et les discussions succèdent aux dodos d’après déjeuner. Chacun retient ce qu’il veut des discussions, ici moi j’ai retenu une chose : la politique ici ou chez nous c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Il est tentant, à juste titre évidemment, de dénoncer l’absurdité et la bêtise absolue du candidat Trump. Mais, quand dans le van on apprend via un push du Monde que Sarkozy est capable à la fois d’insulter son électorat de ploucs lors d’un déjeuner d’affaire et pire encore dire que les changements climatiques seraient impactés par l’explosion démographique du continent africain, on se dit que ce mec ne devrait même pas pouvoir penser à se présenter aux prochaines élections… Et là on occulte toutes les affaires de corruption dans lesquelles il est impliqué !

Il est finalement 19h lorsqu’on déboule au CBGB du sud USA, le « world famous Milestone »… C’est un club mythique en périphérie de Charlotte qui tient debout depuis 48 ans… Tout en bois, 2 millions de stickers, 3 spots lumière qui se battent en duel, une sono rincée, un sondié bouché et le dernier coup de balais a dû etre donné en 1997… Et évidemment l’ambiance qui se dégage est super cool !

Après des balances pas évidentes (merci tellement Cali pour ta patience !), le show commence par un groupe local de jeunots (Rothschilds). Ensuite, Jay investit la scène et crée une atmosphère parfaitement appropriée pour l’audience relativement réduite ce soir ! Le concert de Jay est vraiment super, sans doute son meilleur depuis le début ! On investit ensuite la scène et on fait un set tous les 5 dont nous sommes contents ! Le public semble receptif à la musique et on termine sur Empirical Dismay sous les applaudissements sincères des gens présents ! C’est ça le rock. Il y a pour terminer Throttlerod qui envoie un rock méchamment burné et extrêment fort. Cool d’entendre ça dans un lieu comme ça ! On rejoue avec eux demain à Charleston. On pensera à nos bouchons d’oreille.

On boit quelques bières, Paul assure le merch’ puis on plie le matériel. Il est 1h30 quand on se dirige vers un cheap motel pour la nuit ! On est sur du lourd de lourd : un réceptionniste sous anti-dépresseur, des zombies complétement crackés errent de portes en portes, des putes défilent et quelques cafards se promènent dans notre salle d’eau. Un peu de whisky et rideaux pour nous 8.

Trois dans une chambre à l’étage, quatre en bas et Paul dort dans V9, pas pour faire « titre » mais plutôt par sécurité.

Demain matin, rdv à 11h pour aller manger des pancakes ! Bonne nuit Charlotte.

img_2588 img_2577 img_2590

img_8354 img_8385 img_2592

fullsizerender-4 img_8365 img_8375

img_8372 img_2600 img_2643 img_2645 fullsizerender-7 fullsizerender-5 fullsizerender-3-copie

fullsizerender-2-copie fullsizerender-9 img_2720 img_8386 img_2719

 

US Tour Day 7@Milestones- Charlotte

We wake up in Cal, Janet and J’s house for the last time; it’s 8.00 in the morning, plan is to leave before 10.00 as Charlotte, NC is a good 7-hour drive. We get to enjoy an incredible breakfast comprised of awesome bagels and cheese creams of different sorts, have we already said how lucky we feel? Once everybody’s showered and fed, it’s to time to leave for North Carolina.

The trip is quite long but really cool. The atmosphere in the van -except when Jaf starts « the war » as he says- is very laid back, there’s some music playing -from Unsane to Brian Eno and Feist,  there’s some Pierre-Emmanuel Barret (very acerbic French journalist) podcasts playing, some interesting lists of North Carolina’s most stupid laws, like REALLY stupid. We decide it’s time for our first Burger King’s burger. We stop a little outside of Richmond, the place is awful, the smell in it is bad but burgers are delicious. Another 3 and a half hour drive and we finally reach our destination at dusk. For some reason, everything appears to be very « South » like, the place, the venue, the weather, the atmosphere, the lights… Maybe it’s just the French imagining it, but it definitely feels different from what we know.

We finally get to discover the world famous Milestones Club, known as the CBGB of the South. It’s dirty and full of stickers and graffitis but the vibe’s great! We unload the van, set up on stage and start soundchecking. Sounds cool in the room, the P.A.distorts right away, mics stink very badly, which is obviously included in the package… The odds that such a place still lives and survives; definitely feels like it’s part of the US’s music history, just slightly more on the GG Allin side than on the Britney Spears’ of course…

J’s set starts at 22.00, though the attendance is small tonight, the people are really enthusiastic and J. gives one of his best performances so far (if you ask the French). It’s intimate yet powerful, very real and beautiful, it was an incredible show! We’re on next, we rock hard through the set, it feels good, we have fun and good sensations, yeah! Next are the mighty Throttlerod who deliver a very loud set. A good 40 minutes later, time for Merch, a few beers and loading the van. Tonight nodoby could accomodate us, so we end up booking a cheap motel 5 minutes away from the venue. The place is a shithole though the rooms are surprinsingly not too dirty. We have a chance to witness Charlotte at night, ghosts on drugs walking around the hotel; oh the poverty and the squalor…

We fall asleep quickly, tomorrow is a 3-hour drive to Charleston so we’ll leave around 11.00. Good night Charlotte,N.C..

 

img_2555

US Tour Day 6

US Tour day 6 @ Metro Gallery

(ENGLISH BELOW)

Réveil relativement chez tôt (8h) chez Richard et Jessica qui nous hébergent pour une seconde nuit ! Tôt car nous voulons partir assez vite pour retrouver Cal et Janet à Baltimore et aussi car Richard est en studio aujourd’hui ! Dans le passé, Richard jouait dans les UptownBones signés chez Black&noir, ami des Dirty Hands et Thugs… Les connexions sont là, du coup nous avons eu une excellente connexion avec ses canapés ! Au passage, Charly (le Tony Hawk chez Daria) avait identifié une planche de skate dans le garage de Richard avec pleins de signature d’illustres planchistes à roulette. Une photo avait été prise. Et bien ce matin, Charly se voit offrir la planche ! Touchant et évidemment très surprenant pour Charly. Il est 10h, nous offrons à nos hôtes quelques goodies dont les jolis t-shirts pour lesquels Pierre (ex-Bushmen) a réalisé le visuel, puis nous prenons la route.

Alors ici, à la Michel Drucker : un grand MERCI à Richard et Jessica pour leur hospitalité et générosité et nous remercions évidemment Pierre pour sa participation à distance aux t-shirts !

Nous prenons la route et nous arrêtons à la sortie de Philly au FDR SkatePark… La mecque du skate, située sous un pont d’highway ! Charly taxe une planche à un gamin et s’essaie aux rampes… Pas évident apparement. Il y a des vidéos qui traînent sur les téléphones… Peut-être un jour qu’on les postera…sur VideoGag : )

On reprend la route puis on s’arrête un peu plus tard pour faire le plein : du van et de nos estomac… A base de sandwichs aux oeufs ! C’est ça l’Amérique ! On débarque dans notre « maison » à Baltimore vers 13h30 pour retrouver Cal et Janet. On laisse Jay en famille et nous on trace dans un mall pour espérer trouver des fringues et des chaussures… En van, nous descendons Reicherster Road vers Baltimore. Et en quelques secondes, après un feu, nous voilà dans un ghetto black ! Flippant et socialement questionnant ! Les gens errent ou sont assis sur le perron de leur porte de maison toute délabrée… Ca respire la misère, le chômage, la drogue et la violence… Plus tard quand nous disons à Jay où nous sommes allés, il nous répond : bienvenue en Amérique. Pour revenir au but de cette balade, évidemment rien d’intéressant au mall. Même prix qu’en France pour la plupart des chaussures, des tailles minimales qui commencent au XL pour les fringues… On fait chou blanc !

Retour à la maison avant de nous diriger vers le club. Superbe lieu, grand et joliment décoré ! Un peu arty sur les bords ! Une bonne balance et une crêpe à l’américaine plus tard, le show commence par Jay et Gordon à la violoncelle devant une assemblée peu nombreuse mais très attentive ! Apparemment nul n’est prophète en son pays ! Néanmoins, super concert puis nous déroulons un bon concert, qui nous semble puissant et bien contrôlé ! Cool ! On laisse ensuite la place à The Effects… Branlée ! Trois musiciens bien en place. Quand on regarde le CV des bonhommes on arrive sur du Faraquet et SmartWentCrazy !

Back home vers 1h30 pour un dodo bien mérité ! Direct au plumard. Demain y’a 7h de route on se lèvera tôt !

 

img_8258 img_8281 img_8282

img_8284 img_8286 img_8289

img_3235 img_8299 img_8306 img_8310 img_8311 img_2522 img_2520 img_2517 img_8320 img_2539 img_2541 img_8330 img_8325 img_8328 img_2561 img_2563 img_2559 img_2558 img_2555 img_2553 img_2551 img_2544 img_2569 img_2567

 

US Tour day 6 @ Metro Gallery

We wake up quite early this morning after a second night at Richard and Jessica’s. The reason is that we want to be in Baltimore as early as possible to join Cal and Janet and also because Richard has a studio session today. In the old days, Richard used to play in a band called Uptown Bones that has some connection with Angers because Black&Noir released some of their records. This morning is also quite special as Jessica offers Charly a skateboard full of autographs of his favorite skateboarders… It’s a big and moving surprise, thanks a million. 10.00, it’s time to thank our hosts with what we have, that is records and our new t-shirts specially designed by Pierre (former guitar player in The Bushmen) for the tour, and then we hit the road. Once again, a huge THANK YOU to Richard and Jessica for having us and Pierre for the t-shirt’s design.

Before leaving Philadelphia, we stop at the FDR skate park, the mecca of skateboarding located right under a highway bridge. Charly asks a kid to ride his board just to try, big experience!

On the road, we stop to fill in the tank and have some food at Dunkin Donuts. We arrive at Baltimore around 13.30 and are so happy to see Callum and Janet again. We leave the family alone, and decide to have a little tour of Baltimore’s neighborhoods. We take V9 down to Reichester Road to Baltimore. A few seconds after a road light, here we are in a ghetto. It raises a lot of cultural and social questions really, people seem to stray or just sit there on the front porch of their crumbling homes… We get a sense of how desperately poor, violent and sad American society can be. We stop at a shopping mall in the area, looking for shoes, clothes and whatnot… Not such a fruitful expedition as prices are similar to the ones in France but most sizes are much bigger.

Then it’s time to drive to tonight’s venue: The Metro Gallery in Baltimore; a big, nice and slightly arty place. After a powerful soundcheck, we’re having a quick dinner at A Crepe Restaurant, you should see 7 French men having crepes in America, it’s quite something.

The show starts with J. and Gordon on the cello, it’s actually the first time we hear J’s acoustic renditions with cello, and it’s really impressive. Despite the sparse crowd, everybody seems to enjoy the show and it’s time for us to hit the stage. We think it’s a quite powerful and controlled set, cool! Then is time for The Effects to play… Big slap on everybody’s face. Incredible musicianship, awesome groove… The guys used to play in Faraquet, Smart Went Crazy and Deleted Scenes, BOOOM! Give these guys a listen, you won’t believe it!

Back home around 1.30, time to sleep, we have a 7-hour drive to Charlotte tomorrow.

14859472_10154742166954175_141607622_o

US Tour Day 5

US Tour Day 5- Boot and Saddle- Philadelphia

(English Below)

Après une bonne nuit chez Richard, notre premier supporter de Philadelphie, on se réveille sous le beau temps. Tout le monde prend son temps le matin, douche, bon petit déjeuner et on se dessine un petit itinéraire touristique en suivant les conseils de Rich.

On quitte la maison vers midi et demi et on se ballade avec 3 missions principales en tête : manger, copier la clé du V9 et trouver des magasins de fringues. Evidemment notre route a croisé celle d’un ou deux disquaires, d’un magasin de guitare & équipement vintage. Jay nous gratifie d’une maxime qui fait un truc du genre : « le truc le plus cool dans ce magasin de guitares, ce ne sont pas les guitares, ce sont les claviers, surtout les Mellotron. ».

Au retour de la ballade, un silence de 30 minutes s’installe, la sieste fait sa loi.

On arrive au Boot & Saddle vers 17h00 et on vide le van. La salle a une très bonne gueule, un club, un vrai, bon son et bien foutue. On rencontre les mecs de Fire In The Radio, une bonne bande en tournée également.

Les balances arrivent, les emmerdes avec. Le club a une limite à 106dB, ratio C. En gros, c’est trop fort, c’est trop fort, c’est trop fort…. « Anyway » on fait avec!

Le concert commence a 20h15 avec Fire In The Radio. Jay suit à 21h00 avec un très bon concert, quelle chance de le voir sur scène, voilà ce qu’on se dit morceaux après morceaux. Un grand moment. On monte sur scène à 21h45 et bien que le son sur scène soit étrange, on la fait en quatre lettres: R O C K. À la fin du concert, les 50 personnes de la salle nous laissent parmi les commentaires les plus élogieux de l’histoire du groupe. Quelque chose vient de se passer. On vend du merch, on boit des bières, on sèche nos tee-shirts sous le hand-dryer, on charge le van, on discute de ce que c’est que d’être dans un groupe, de faire des sacrifices et des fois, malgré les difficultés, trouver de la lumière. On prend une dernière bière et on quitte le centre de Philly. De retour à la maison de Richard pour la nuit. Demain c’est Baltimore, la ville de Jay. S’endormir après une telle soirée procure un sentiment spécial et intense. Quand on joue dans un groupe, il est facile de s’attendre au pire tout en espérant le meilleur. Et parce qu’on ne le voit jamais venir, c’est d’autant plus gratifiant quand il se pointe. Bonne nuit Philadelphie.

 

img_8173 img_2438 img_2439

img_2436 img_8192 img_8197

img_8203 img_8222 img_8224 img_8231 img_8251 img_8253

img_8256 img_8255img_8240img_2472 14803224_10154742168239175_1417516321_o 14858699_10154742167239175_660936769_o 14859291_10154742167389175_79223556_o 14859465_10154742167034175_1024551762_o  14859548_10154742167679175_1884504159_o 14876103_10154742167829175_436637051_o

 

 

US Tour Day 5- Boot and Saddle- Philadelphia

After a great night at Rich’s, our dear friend in Philly, we wake up to a nice sunshine. We take our time in the morning, have a shower and a nice breakfast and then start making plans for our tourist afternoon, following our host’s great advice!

We leave around 12.30 and wander around with 3 main missions: to have lunch, get a duplicate of V9’s keys, and enjoy whatever nice shops we could stumble across. We got to spend a bit of time in record stores obviously, Di Pinto Guitars full of old and weird equipment, where strangely enough as J.Robbins put it: « the coolest thing in store was not a guitar, but the keyboards, mostly that Mellotron ».

Once we’re done with our wandering, we come back to Rich’s and take a 30-minute nap, a bit of quiet before the « storm ». We arrive at Boot And Saddle around 17.00 and unload the van. The venue looks great, the club seems to sound very cool, yeah! We get to meet the nice guys in Fire In The Radio and start setting up onstage. Soundcheck -and troubles- start when the in-house sound engineer arrives… Everything sounded great but the venue has a very strict and low 106dB limit to which we complied somehow…

Show starts at 20.15 with Fire in the Radio and J. is second around 21.00. Tonight, his solo acoustic show sounds awesome, it’s really quite something to see him on stage, we’re so lucky!

We’re on at 21.45, even though the sound on stage is kind of weird, we get into it and start rocking; something is happening! At the end of the show, the 50 people in front of us seem very happy, we hear some of the most touching and humbling compliments about our band; something just happened… We sell merch, we drink beers, we dry our soaked t-shirts in the toilet’s hand-dryers, we pack the van, we have deep conversations about what it means to be in a band, to make sacrifices but somehow finding solace in there, we drink a last beer, so long Philly. Back at Rich’s for the night, tomorrow we’ll play Baltimore and we want to hit the road around 10.00. Falling asleep after such a night is great and feels special, one should always plan for the worst and hope for the best, it can be a rewarding mindset really! Good night Philadelphia!